Méditation sur « Le cœur de l’homme »  et sur la faible fréquentation masculine des églises…

Méditation sur « Le cœur de l’homme »  et sur la faible fréquentation masculine des églises…

Sorti en novembre 2018, ce film d’Eric Esau « Le cœur de l’homme » met le projecteur sur la misère des cœurs submergés par une concupiscence désordonnée. Les mœurs dissolues conduisent au désespoir d’une identité éclatée, dissoute, parce que l’homme n’est pas comme les animaux créés « selon son espèce », il est créé « à l’image de Dieu », de sorte qu’il trouve son identité dans la relation avec son Créateur. Or le Créateur est un Père qui attend le retour du fils perdu, non pour le juger, mais pour lui rendre sa dignité, sa noblesse et sa force.

Il me semble qu’il faudrait une autre réflexion, plus large, car la beauté de la parabole du Fils prodigue ne suffit pas à ramener dans les églises les hommes (et les adolescents) qui en Occident du moins, les ont largement désertées. Il me semble que c’est une carence dans l’enseignement. Si l’on pense que le Christ ne reviendra que pour une fin et une destruction du monde, comment l’église offrirait un sens plénier à des hommes pour lesquels l’exercice d’une puissance sur le monde constitue une des dimensions de leur virilité ? En réalité, le Christ revient dans la gloire pour juger d’abord l’Antichrist (2Th 2, 8) qui est un usurpateur et un profanateur, et pour vivifier les justes (He 9, 28), eux dont la puissance provient du Christ comme les rameaux tirent leur sève du cep (Jn 15, 1-5).

Revenons à la parabole du « Fils prodigue ». Le cadet pense exercer une puissance avec de l’argent et avec des filles, mais il est coupé de la source, il rentre vide et impuissant. Or, dans cette même parabole, à l’aîné resté à la maison, le Père dit : « tout ce qui est à moi est à toi » (Lc 15, 31). « Tout », donc aussi le divin vouloir rempli de force et de bonté dans toutes ses œuvres. Or comme l’explique si bien Luisa Piccarreta, mystique du XX° siècle, le temps de la Parousie est un temps où la volonté humaine communiera à la divine volonté, et en recevra la force, la puissance, la fécondité… et la joie.

Voilà une bonne nouvelle à annoncer à pleine voix ! Amen, Maranatha !

Françoise Breynaert.

A lire : F. Breynaert, La Venue glorieuse du Christ, véritable espérance pour le monde, Jubilé 2016 (= étude biblique).

Et : F. Breynaert, Préparer le retour du Christ avec Luisa Piccarreta, préface Mgr Rey, Téqui 2018 (= approche spirituelle).